Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dix-Septième dimanche après la Pentecôte

Dix-Septième dimanche
après la Pentecôte

Évangile selon saint Matthieu (22, 34-46)

En ce temps-là, les pharisiens se rassemblèrent autour de Jésus, et l’un d’eux, un légiste, lui demanda pour l’embarrasser : « Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi ? » Jésus lui dit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. C’est là le plus grand et le premier commandement. Un second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. C’est sur ces deux commandements que reposent toute la Loi et les Prophètes. » Comme les pharisiens se trouvaient rassemblés, Jésus leur posa cette question : « Que pensez-vous du Messie ? De qui est-il fils ? » - « De David », lui répondirent-ils. Jésus reprit : « Comment alors David, inspiré par l’Esprit, peut-il l’appeler Seigneur, en disant : ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur : siège à ma droite, jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis sous tes pieds.’ Si donc David l’appelle Seigneur, comment est-il son fils ? » Personne ne put lui répliquer mot. Et depuis ce jour-là, nul n’osa plus l’interroger.


 

Dieu ne demande de nous que deux choses : que nous l’aimions et que nous aimions notre prochain. Voilà quel doit être le but de nos efforts. Si nous nous y conformons d’une manière parfaite, nous accomplissons sa volonté et nous lui sommes unis. Mais que nous sommes loin de remplir ce double précepte comme nous le devrions au service d’un Dieu si grand ! Plaise à sa Majesté de nous donner sa grâce, afin que nous méritions de parvenir à cette perfection, car cela est en notre pouvoir, si nous le voulons.

La marque la plus sûre, à mon avis, pour savoir si nous avons ce double amour consiste à aimer véritablement le prochain, car nous ne pouvons avoir la certitude que nous aimons Dieu, bien que nous en ayons des indices très sérieux ; mais nous pouvons savoir sûrement si nous aimons le prochain. Soyez certaines que plus vous découvrirez en vous de progrès dans l’amour du prochain, plus vous serez avancées dans l’amour de Dieu. L’amour que Dieu nous porte est tellement profond qu’en retour de celui que nous avons pour le prochain il perfectionne de mille manières celui que nous portons à lui-même ; je ne puis avoir aucun doute sur ce point. Voilà pourquoi il est très important de bien considérer comment nous aimons le prochain ; dès lors que cet amour est parfait, on a réalisé tout ce qu’il fallait. Car, à mon avis, notre nature est tellement dépravée que, si notre amour pour le prochain ne prenait ses racines dans l’amour même de Dieu, il ne pourrait s’élever à la perfection.

Sainte Thérèse d’Avila

 

Aimons tous le Seigneur Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit, de tout notre pouvoir et courage, de toute notre intelligence, de toutes nos forces, de tout notre effort, de toute notre affection, de toutes nos entrailles, de tous nos désirs, de toutes nos volontés. Il nous a donné et nous donne à tous le corps, l’âme et la vie ; il nous a créés et rachetés ; il nous sauvera par sa seule miséricorde ; malgré nos faiblesses et nos misères, notre avilissement et nos hontes, nos ingratitudes et notre méchanceté, il ne nous a fait et ne nous fait que du bien.

N’ayons donc d’autre désir, d’autre volonté, d’autre plaisir et d’autre joie que notre Créateur, Rédempteur et Sauveur, le seul vrai Dieu, qui est le bien plénier, entier, total, vrai et souverain ; qui seul est bon, miséricordieux et aimable, indulgent et doux ; qui seul est saint, juste, vrai et droit ; qui seul est bienveillant, innocent et pur ; de qui, par qui et en qui est tout pardon, toute grâce et toute gloire pour tous les pénitents et les justes sur la terre et pour tous les bienheureux qui se réjouissent avec lui dans le ciel.

Désormais donc, plus d’obstacle, plus de barrière, plus d’écran ! Partout, en tout lieu, à toute heure et en tout temps, chaque jour et sans discontinuer, tous, croyons d’une foi humble et vraie, gardons dans notre cœur, sachons aimer, honorer, adorer, servir, louer et bénir, glorifier et célébrer, magnifier et remercier le très haut souverain Dieu éternel, Trinité et unité, Père, Fils et Saint Esprit.

Saint François d’Assise

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost0