Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Huitième dimanche après la Pentecôte

 

Huitième dimanche
après la Pentecôte

Évangile selon saint Luc (16, 1-9)
 

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : « Un homme riche avait un intendant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le fit venir et lui dit : ‘Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ta gestion ; tu ne peux plus gérer mes biens désormais.’ L’intendant se dit alors en lui-même : ‘Que vais-je faire, puisque mon maître m’enlève la gérance ? Piocher ? je n’en ai pas la force ; mendier ? j’aurais honte... Ah ! je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois relevé de ma gérance, il y ait des gens qui me reçoivent chez eux.’ Il fit alors venir un à un les débiteurs de son maître et dit au premier : ‘Combien dois-tu à mon maître ?’ - ‘Cent barils d’huile’, lui répondit-il. L’intendant lui dit : ‘Prends ton billet, assieds-toi, écris vite cinquante.’ Puis il dit à un autre : ‘Et toi, combien dois-tu ?’ - ‘Cent mesures de blé’, répondit-il. ‘Prends ton billet, lui dit l’intendant, écris quatre-vingts.’ Et le maître loua cet intendant pervers d’avoir agi de façon avisée. Car les enfants de ce monde-ci sont plus avisés dans leur conduite avec leurs semblables que les enfants de lumière. Et moi, je vous le dis : faites-vous des amis avec l’argent pervers, pour qu’au jour où il viendra à vous manquer, ceux-ci vous reçoivent dans les tentes éternelles. »

 

Tu dois savoir d’où vient pour toi l’existence, le souffle, l’intelligence et ce qu’il y a de plus précieux, la connaissance de Dieu, d’où vient l’espérance du Royaume des cieux et celle de contempler la gloire que tu vois aujourd’hui de manière obscure, comme dans un miroir, mais que tu verras demain dans toute sa pureté et son éclat (1Co 13,12). D’où vient que tu sois fils de Dieu, héritier avec le Christ (Rm 8,16-17) et, j’oserai dire, que tu sois toi-même un dieu ? D’où vient tout cela et par qui ?

Ou encore, pour parler de choses moins importantes, celles qui se voient : qui t’a donné de voir la beauté du ciel, la course du soleil, le cycle de la lune, les étoiles innombrables et, en tout cela, l’harmonie et l’ordre qui les conduisent ? Qui t’a donné la pluie, l’agriculture, les aliments, les arts, les lois, la cité, une vie civilisée, des relations familières avec tes semblables ?

N’est-ce pas de Celui qui, avant toute chose et en retour de tous ses dons, te demande d’aimer les hommes ? Alors que lui, notre Dieu et notre Seigneur, n’a pas honte d’être appelé notre Père, allons-nous renier nos frères ? Non, mes frères et mes amis, ne soyons pas des gérants malhonnêtes des biens qui nous sont confiés.

Saint Grégoire de Nazianze

 

Nous apprenons là que nous ne sommes pas les maîtres, mais bien plutôt les fermiers des biens d’autrui.

Les richesses nous sont comme étrangères, parce qu’elles sont en dehors de notre nature, elles ne naissent pas avec nous, elles ne meurent pas avec nous ; Jésus-Christ, au contraire, est véritablement à nous, parce qu’il est la vie des hommes, et en venant parmi eux, il est venu dans son propre bien. (Jn 1, 4.11.)

" Faites-vous des amis avec les richesses d’iniquité, " afin que les aumônes que vous distribuerez aux pauvres, vous obtiennent les bonnes grâces des anges et des autres saints.

Notre Seigneur appelle ces richesses, des richesses d’iniquité, parce que l’avarice par les séductions variées qu’elles nous offrent, tente notre cœur, en cherchant à le réduire en esclavage.

Ce n’est pas, sans doute, qu’il existe deux maîtres, il n’y en a qu’un seul qui est Dieu. Il en est qui se rendent les esclaves des richesses, mais les richesses n’ont par elles-mêmes aucun droit, aucune autorité sur les hommes, ce sont eux qui se soumettent volontairement à ce honteux esclavage. Il n’y a qu’un seul Maître, parce qu’il n’y a qu’un seul Dieu, par conséquent le Père et le Fils ont une seule et même puissance. Le Sauveur donne la raison de ce qu’il vient de dire : Car ou il haïra l’un, et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. "

Saint Ambroise

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost0