Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quasi modo geniti infantes, alleluia,
rationabiles, sine dolo lac concupiscite,
alleluia, alleluia, alleluia.
Exsultate Deo adjutori nostro:
jubilate Deo Jacob.
Comme des enfants nouveau-nés, alléluia; 
en vrais spirituels, soyez avides de lait pur,
alléluia, alléluia, alléluia.
Ps. Tressaillez d'allégresse en Dieu notre protecteur ;
chantez avec transport en l'honneur du Dieu de Jacob.

Cette semaine a commencé par le “deuxième dimanche de Pâques ou de la miséricorde divine”. Il est le premier après Pâques et se termine par “l’octave de Pâques”. Il est nommé le “dimanche de Quasimodo”, d’après les premiers mots de l’introït. Il est également connu sous le nom de dimanche à Albis (deponendis), car ce jour-là les «néophytes» (nouveaux chrétiens) changent traditionnellement de leurs vêtements blancs, portés lors des cérémonies depuis leur baptême à la Veillée pascale. En anglais, le terme «Low Sunday» est utilisé pour contraster avec Pâques ou «High Sunday». Un autre nom latin, “Pascha clausum”, est conservé en français: “Pâques ferme” et en néerlandais ou flamand: “Beloken Pasen”. Il est également connu sous le nom de “Dimanche de Thomas”, d’après l’apôtre Thomas, qui doutait de la résurrection malgré l’apparition du Christ à ses apôtres.

La mélodie de l’introït Quasimodo geniti couvrant juste les mots et les soulignant ici et là de quelques neumes, elle a l’allure d’un simple récitatif sur quelques notes, mais tout est disposé de telle sorte, dans cette extrême simplicité, que les mots nous viennent enveloppés de bienveillance, de douceur, de maternelle et souriante bonté ; le sourire de l’Eglise qui, dans la joie de sa nouvelle maternité, dispense, avec toute sa tendresse, à ses nouveaux-nés et à ses adolescents, les avis de sa divine sagesse.

Cette joie accueillante, qui laisse entrevoir ce qu’elle a de profond plutôt qu’elle ne se répand, est particulièrement marquée dans la première phrase ; surtout si on lui donne le sens d’un vocatif, ce qui semble la meilleure façon de la traduire ; on trouvera alors dans la cadence de infantes l’accent de tendre fierté qui est celui des mères heureuses. Les alleluia qui concluent cette pièce entrent dans la sobre ordonnance de cette joie discrète comme l’expression du bonheur profond de la mère remontant en louange de reconnaissance vers le Père d’où vient toute génération.

 

Tag(s) : #Vidéo

Partager cet article

Repost0