Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Premier dimanche de Carême

Premier dimanche de Carême

Évangile selon saint Matthieu (4, 1-11)

En ce temps-là, Jésus fut conduit Par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, finalement il eut faim. Le tentateur, s’approchant, lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres se changent en pains. » Jésus répliqua : « Il est écrit : ‘L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.’ » Le diable alors l’emmène dans la Cité sainte, le place sur le faîte du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : ‘Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et ils te porteront dans leurs mains, de peur que ton pied ne heurte quelque pierre.’ » - « Il est écrit aussi, lui déclara Jésus : ‘Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.’ » De nouveau le diable l’emmène sur une montagne très élevée, lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire et lui dit : « Tout cela, je te le donnerai si, tombant à mes pieds, tu me rends hommage. » Cette fois, Jésus lui dit : « Va-t’en, Satan, car il est écrit : ‘Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et ne rendras de culte qu’à lui seul.’ » Le diable alors le laissa, et voici que des anges s’approchèrent de Jésus et se mirent à le servir.

 

Si, après le baptême, tu es attaqué par le persécuteur, le tentateur de la lumière, tu auras matière à victoire. Il t’attaquera certainement, puisqu’il s’en est pris au Verbe, mon Dieu, trompé par l’apparence humaine qui lui dérobait la lumière incréée. Ne redoute pas le combat. Oppose-lui l’eau du baptême, oppose-lui l’Esprit Saint dans lequel s’éteignent tous les traits enflammés lancés par le Malin...

S’il t’expose le besoin qui t’accable -- il n’a pas manqué de le faire à Jésus --, s’il te rappelle que tu as faim, n’aie pas l’air d’ignorer ses propositions. Apprends-lui ce qu’il ne connaît pas ; oppose-lui la Parole de vie, ce vrai Pain envoyé du ciel et qui donne la vie au monde.

S’il te tend le piège de la vanité -- il en usa contre le Christ, lors qu’il le fit monter sur le pinacle du Temple et lui dit : « Jette-toi en bas » pour lui faire manifester sa divinité --, prends garde de ne pas déchoir pour avoir voulu t’élever...

S’il te tente par l’ambition en te montrant, dans une vision instantanée, tous les royaumes de la terre comme soumis à son pouvoir et s’il exige de toi l’adoration, méprise-le : ce n’est qu’un pauvre frère. Dis-lui, confiant dans le sceau divin : « Je suis, moi aussi, l’image de Dieu ; je n’ai pas encore été, comme toi, précipité du haut de ma gloire à cause de mon orgueil ! Je suis revêtu du Christ ; je suis devenu un autre Christ par mon baptême ; c’est à toi de m’adorer. » Il s’en ira, j’en suis sûr, vaincu et mortifié par ces paroles. Venant d’un homme illuminé par le Christ, elles seront ressenties par lui comme si elles émanaient du Christ, la lumière suprême. Voilà les bienfaits qu’apporte l’eau du baptême à ceux qui reconnaissent sa force.

Saint Grégoire de Nazianze

 

Le Sauveur répond au diable : « Ce n’est pas de pain seulement que vit l’homme, mais de toute parole de Dieu ». Ce qui veut dire : « Il ne vit pas du pain de ce monde, ni de la nourriture matérielle dont tu t’es servi pour tromper Adam, le premier homme, mais de la Parole de Dieu, de son Verbe, qui contient l’aliment de la vie céleste ». Or, le Verbe de Dieu, c’est le Christ notre Seigneur, comme le dit l’évangéliste : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu » (Jn 1,1). Quiconque donc se nourrit de la parole du Christ n’a plus besoin de nourriture terrestre. Car celui qui se restaure avec le pain du Seigneur ne peut pas désirer le pain de ce monde. En effet, le Seigneur a son propre pain, ou plutôt le Sauveur est lui-même pain, comme il l’enseigne par ces paroles : « Je suis le pain descendu du ciel » (Jn 6,41). Et ce pain a fait dire au prophète : « Le pain fortifie le cœur de l’homme » (Ps 103,15).

Que m’importe le pain qu’offre le diable, alors que j’ai le pain que partage le Christ ? Que m’importe la nourriture qui...a fait chasser le premier homme du Paradis, a fait perdre à Ésaü son droit d’aînesse...(Gn 25,29s), qui a désigné Judas Iscariote comme un traître (Jn 13,26s) ? Adam a perdu en effet le Paradis à cause de la nourriture, Ésaü a perdu son droit d’aînesse pour un plat de lentilles, et Judas a renoncé à son rang d’apôtre pour une bouchée : car, au moment où il a pris une bouchée, il a cessé d’être un apôtre pour devenir un traître... La nourriture qu’il nous faut prendre est celle qui ouvre la route au Sauveur, non au diable, celle qui transforme celui qui l’absorbe en confesseur de la foi et non en traître.

Le Seigneur a raison de dire, en ce temps de jeûne, que c’est le Verbe de Dieu qui nourrit, pour nous enseigner que nous ne devons pas passer nos jeûnes en soucis de ce monde, mais à la lecture des textes sacrés. En effet, celui qui se nourrit de l’Écriture oublie la faim du corps ; celui qui s’alimente du Verbe céleste oublie la faim. Voilà bien la nourriture qui alimente l’âme et apaise l’affamé... : elle confère la vie éternelle et éloigne de nous les pièges de la tentation du diable. Cette lecture des textes sacrés est vie, comme l’atteste le Seigneur : « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie » (Jn 6,63).

Saint Maxime de Turin

 

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost0