Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La résurrection de Lazare

 

,  

Saint Jean 11,1-45
À Béthanie, le village de Marie et de sa soeur Marthe, Lazare tomba malade. Marie était celle qui oignit le Seigneur d'une huile parfumée et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux; et Lazare, qui était malade, était son frère. Les deux soeurs donc envoyèrent dire à Jésus : "Seigneur, ton ami est malade." À ces mots, Jésus répondit : "Cette maladie ne causera pas la mort; elle va servir à la gloire de Dieu, en ce que le Fils de Dieu sera, grâce à elle, glorifié." Or Jésus aimait Marthe et sa soeur et Lazare. Mais quoiqu'Il le sût malade, Il resta là 2 jours encore. Il dit ensuite à Ses disciples : "Retournons en Judée." - "Maître, Lui répondirent-ils, tout récemment les Juifs cherchaient à Te lapider, et Tu veux y retourner!" Jésus reprit : "N'y a-t-il pas 12 heures dans la journée? Si l'on marche de jour, on ne trébuche pas, parce qu'on voit la lumière de ce monde; mais si l'on marche de nuit, on trébuche parce qu'on manque de lumière." Après ces paroles, Il ajouta : "Notre ami Lazare dort; mais Je vais le réveiller." Ses disciples lui dirent : "Seigneur, s'il dort, il guérira." Or Jésus avait parlé de sa mort, tandis qu'ils l'avaient compris du sommeil ordinaire. Jésus leur dit alors clairement : "Lazare est mort. Et Je suis heureux pour vous de ne M'être pas trouvé là, afin que vous croyiez. Mais allons près de lui." Sur quoi, Thomas, que l'on nomme Didyme, dit aux autres disciples : "Allons-y, nous aussi, et nous mourrons avec Lui." À Son arrivée, Jésus trouva Lazare depuis 4 jours au tombeau. Comme Béthanie n'était éloignée de Jérusalem que de 15 stades environ, de nombreux Juifs étaient venus auprès de Marthe et de Marie présenter leurs condoléances pour la mort de leur frère. Quand Marthe apprit que Jésus arrivait, elle partit à Sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison. Marthe dit à Jésus : "Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort! Mais maintenant même, je sais que tout ce que Tu demanderas à Dieu, Il Te l'accordera." Jésus lui dit : "Ton frère ressuscitera." - "Je sais, répliqua-t-elle, qu'il ressuscitera à la résurrection du dernier jour." Jésus lui dit : "Je suis la Résurrection; celui qui croit en Moi, vivra, fût-il mort. Et tout homme qui vit et croit en Moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?" Elle répondit : "Oui, Seigneur, je crois que Tu es le Christ, le Fils de Dieu, Celui qui devait venir dans le monde." Sur ces paroles, elle s'en alla quérir sa soeur Marie en lui disant tout bas : "Le Maître est là, qui t'appelle." Marie, à ces mots, se lève précipitamment et court à Sa rencontre. Jésus en effet n'était pas encore arrivé au village, mais Se trouvait toujours où Marthe l'avait rencontré. Les Juifs qui étaient avec elle à la maison, en visite de condoléances, la virent ainsi se lever brusquement et sortir. Ils la suivirent, croyant qu'elle allait pleurer au tombeau. Marie arriva près de Jésus et, dès qu'elle le vit, elle se jeta à ses pieds en disant : "Seigneur, si Tu avais été là, mon frère ne serait pas mort!" À la voir pleurer, ainsi que les Juifs qui l'accompagnaient, Jésus frémit en Son esprit; et sous l'empire d'une profonde émotion, Il dit : "Où l'avez-vous mis?" - "Seigneur, répondirent-ils, viens voir." Jésus pleura. Et les Juifs de dire : "Comme Il l'aimait!" Quelques-uns d'entre eux dirent cependant : "Lui, qui a ouvert les yeux de l'aveugle, ne pouvait-Il pas empêcher celui-ci de mourir?" Jésus frémit à nouveau en Lui-même et Se rendit au tombeau. C'était un caveau recouvert d'une dalle. Jésus dit : "Enlevez la dalle." Marthe, la soeur du défunt, Lui dit : "Seigneur, il sent; voilà 4 jours qu'il est là." - "Ne t'ai-Je pas dit, répond Jésus, que si tu as la foi, tu verras la gloire de Dieu?" On enleva donc la dalle. Puis Jésus leva les yeux au ciel et dit : "Père, Je Te rends grâce de m'avoir exaucé. Je savais bien que Tu m'exauces toujours, mais Je parle ainsi pour cette foule qui M'entoure, afin qu'ils croient que Tu M'as envoyé." Après ces paroles, Il cria d'une voix forte : "Lazare, sors de là!" Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandelettes, et le visage enveloppé d'un suaire. Jésus dit alors : "Déliez-le et laissez-le aller." Une grande partie des Juifs qui étaient venus rendre visite à Marie, à la vue de ce qu'avait fait Jésus, crurent en Lui. 



Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Aujourd'hui, nous regardons vers la résurrection, et nous avons aussi nos regards fixés sur la Résurrection que nous célébrerons avec grande ferveur dans une bonne semaine seulement. Mais aujourd'hui, nous regardons vers notre propre résurrection, très explicitement parce que Lazare était un homme comme nous, et était mort, et se décomposait déjà, et notre Seigneur le releva de la mort.

Imaginez ce qu'il a ressenti. Il était dans l'Hadès, et il entendit la voix de Dieu, tout au fond de l'Hadès, et Dieu le ramena en un instant, en un éclair. Il connaissait la puissance de Dieu, et ceux qui étaient là virent cette puissance quand Jésus, d'une voix forte, dit "Lazare, sors de là." Et cette même voix nous appelle – elle nous appelle à sortir. La même voix qui dit "Je suis la résurrection. Si tu crois en Moi, tu auras la vie éternelle." Nous devons croire. Nous devons comprendre. Je vous le dis clairement. Nous devons aussi vivre conformément à ce Chemin qu'est le Christ, et alors vous comprendrez ce que ça signifie qu'être Chrétien.

Avez-vous vu les 2 manières différentes des 2 soeurs pour réagir face à la mort de leur frère? L'une resta à la maison, et l'autre courut vers Jésus. Toutes les deux croyaient. Mais leur foi était faible, et elles n'avaient jamais entendu parler de ressusciter d'entre les mors un homme mort depuis 4 jours. Elles avaient entendu dire cela pour quelqu'un mort et relevé le jour-même. Le Christ l'avait fait à 2 reprises (1). Elles savaient que le saint prophète Élie avait autrefois ressuscité un mort (2), et aussi le prophète Élisée (3), mais dans les 2 cas, l'homme était mort le jour même. Cette fois, il s'agissait d'un homme mort depuis 4 jours, et comment il pourrait être relevé de la mort, cela leur était incompréhensible. Elles envisageaient cela pour très très loin, quand aurait lieu la résurrection générale. Elles ne pensaient pas que cela puisse se réaliser ici et maintenant.

La résurrection s'applique à nous, maintenant, frères et soeurs. Pas plus tard – maintenant. Elle nous change maintenant, elle nous rend capables de vivre maintenant. Elle nous réconforte maintenant. Elle brûle nos passions et nos péchés maintenant. "Le Royaume de Dieu est au dedans de vous" (4) a dit le Christ. La Résurrection et la Vie sont en nous dès maintenant. Nous devons le comprendre, et nous devons en vivre.

Et nous devons approcher le Christ de ces 2 manières que Ses amies L'approchèrent. Marie resta à la maison : nous devons prier, nous devons développer en nous un grand amour, une grande ferveur, une foi inébranlable. Nous devons aussi être actifs dans notre foi. Nous devons aller vers le Christ. Nous devons Le supplier pour ce dont nous avons besoin. Et nous devons vivre selon la manière qu'Il nous a enseigné à vivre. Il nous l'a dit, nous devons vivre au sein de l'Arche de l'Église, jeûner, prier, prendre part à toutes les choses que l'Église nous a donné. Telle est l'activité que montre Marthe. Les 2 sont nécessaires. Aucune des deux, prise seule, ne suffit pour sauver l'âme. Nous devons avoir une Foi ardente, et nous devons vivre selon cette Foi.

Vendredi soir, je vous donnerai lecture d'un sermon de saint Épiphane de Salamine (5), dans lequel il parle de quand Jésus-Christ, la Résurrection et la Vie, descendit dans l'Hadès. Nous en avons un avant-goût ce jour. Nous devrions méditer profondément, et réfléchir à ce que ce serait de se retrouver dans les profondeurs de l'Hadès, d'être dans les abîmes de la désespérance, de voir notre chair et de voir à quel point elle est faible, et puis de voir Dieu nous dire "viens, sors d'ici," et de rompre tous les liens qui nous y retiennent. Un Chrétien doit vraiment saisir cela. C'est ce que signifie pour nous la résurrection. C'est par ça que nous atteignons notre perfection.

C'est très douloureux. C'est très douloureux pour moi, et je vais vous le dire, ça semblera bizarre, mais j'espère et je prie que c'est aussi douloureux pour vous. J'espère que vous voyez l'inutilité de tant de choses dans ce que nous appelons cette vie, que vous voyez la dépravation, tant en vous qu'hors de vous, et que vous aspirez à la plénitude. Un Chrétien doit être comme cela. Il doit être tel un étranger sur une terre étrangère, comme Moïse. Il doit se considérer comme ne faisant que transiter, en route vers la Cité céleste, Sion, Jérusalem céleste, la perfection.

C'est après ça que nous espérons. Et nous voyons que Dieu peut rendre parfait. Il ne S'est pas seulement Lui-même relevé de la mort; Il nous relève de la mort. Il faut le comprendre. Et ce n'est pas simplement quelque chose que vous lisez dans un livre et comprenez (intellectuellement). Ce n'est pas simplement un point de doctrine ou une question à laquelle il faut répondre. C'est dans le coeur. Si vous savez que Dieu vous a relevé de la mort, alors vous ne voudrez plus rien faire d'autre que de devenir comme Lui, et vous saurez qu'il vous est possible de devenir comme Lui. Vous avez promis que vous deviendrez comme Lui. C'est là le sens de la résurrection.

C'est pourquoi Dieu a relevé Lazare de la mort. Pour nous montrer la puissance de la résurrection en nous, parce que nous sommes faibles. Il sait. Nous pourrions dire "D'accord, Il l'a fait, mais Il est Dieu. En quoi cela s'appliquerait-il à moi?" Exactement comme pour Marthe et Marie, je sais qu'un jour nous serons relevés de la mort, dans la résurrection, mais elles ne le vivaient pas dans leurs vies. C'est pourquoi Lazare fut relevé de la mort. Et c'est aussi pourquoi Jésus attendit. Non seulement afin que Lazare meurt. Comme Dieu, Il aurait assurément pu S'arranger pour être proche de la ville, mais Il en était éloigné, et après qu'on L'ait informé du sort de Lazare, Il se mit lentement en route vers Béthanie, et prit 4 jours pour y parvenir. Il attendit ainsi afin de nous enseigner quelque chose d'extrêmement important: que nous devons attendre, que nous devons être patients, que nous devons avoir confiance même quand il semble que les choses ne vont pas comme nous aimerions qu'elles aient, et qu'elles ne changeront pas. Jésus-Christ peut tirer un homme, en putréfaction, hors d'une tombe, après 4 jours dedans, et le relever de la mort. Et Il sait nous relever.

Mais n'attendez pas plus tard pour croire en la résurrection; croyez maintenant. Vivez dans cette croyance. Efforcez-vous de changer du fait de cette foi. Croyez que vous pouvez être changé. Peu importe ce qui vous assaille. Dieu sait vous guérir. Pas plus tard, non, maintenant. N'attendez pas pour y croire. Croyez dans la Résurrection et dans la Vie, Qui est avec nous, maintenant. Nous allons à présent partager Son saint Sang et saint Corps, notre nourriture spirituelle, ce remède d'immortalité. Notre immortalité, voyez-vous, commence avec notre Baptême. Et nous l'accomplissons sans cesse plus chaque jour que nous vivons. Dans la lumière de la Résurrection. Croyez-y. Croyez que vous changerez. Et alors quand vous entendrez la voix de Dieu dire : "viens, sors de là," vous serez remplis de joie. Que Dieu vous aide.
Amen.

p. Seraphim Holland


[1] cfr Luc 7,11-15 (résurrection du fils de la veuve de Naïn); Marc 5,22-43 et Luc 8,41-56, résurrection de la fille de Jaïre, le chef de la synagogue.
[2] Élie a ressuscité le fils de la veuve de Sarepta (1 rois 17,17-24).
[3] Élisée ressuscita le fils de la Sunamite (2 rois 4,18-37)
[4] Luc 17,21
[5] Une homélie qui est souvent lue devant l'Épitaphion après les Lamentations, le Vendredi Saint. Nous avons l'habitude de la lire de manière improvisée, et c'est ainsi qu'un petit groupe se rassemble devant le linceul pour entendre la lecture d'une heure et demi de cette homélie de saint Épiphane.

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost 0