Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SAINT JEAN L'ÉVANGÉLISTE

 

 

 

 

Saint Aignan : crypte

Saint Jean - Fresque du XII ème siècle

 

nous célébrons aujourd'hui la fête du disciple bien-aimé. Jean a bien d'autres titres, il est apôtre, il est évangéliste, il est le prophète de l'Apocalypse, il est le fils du tonnerre, comme l'avait surnommé Jésus avec son frère Jacques. Pourtant de tous ces titres possibles, le seul dont il se sert lui-même pour se désigner, c'est le titre du "disciple que Jésus aimait." Je crois qu'il y a là, dans la personne, dans la vie et l'expérience de Jean, quelque chose d'absolument unique. Jean a été l'ami de Jésus, l'ami avec tout ce que cela suppose d'unique, avec tout ce que cela suppose d'intimité, de tendresse, de communion profonde.

Le disciple que Jésus aimait, cela n'est pas exclusif. Cela ne veut pas dire que Jésus n'aimait pas les autres disciples, ni même qu'Il les aimait moins. On n'aime jamais moins, on aime toujours autrement et différemment. Ce titre "disciple que Jésus aimait" veut dire que Jean a perçu le centre de sa vie, la signification de son existence le nœud de sa relation avec Jésus comme étant exprimé par cette amitié. Cette amitié que Jésus a eue certainement pour d'autres, lui, Jean, en a fait le tout de sa vie. Avoir été l'ami de Jésus, avoir partagé si profondément tous les instants du cœur de Jésus, c'est cela qui pour Jean est décisif, fondamental. Je crois qu'il ne s'agit pas seulement là d'une appréciation subjective de Jean lui-même. Il s'agit bel et bien de ce qui est le cœur, le résumé, la cause de toute l'existence de Jean et de toutes ses autres qualifications possibles. Si Jean est l'auteur du quatrième évangile, si Jean est le prophète de l'Apocalypse, si Jean est le théologien qui nous a conduits plus loin dans ce regard, on le compare à un aigle parce qu'on dit que les aigles fixent le soleil de leur regard, si Jean est le théologien qui nous a conduits plus loin que personne autre au monde dans la connaissance intime de Dieu, du mystère de Dieu, c'est parce qu'il a été l'ami de Jésus. Toute la tradition l'a dit. Quand Jean s'est penché sur la poitrine du Christ, quand il a posé sa tête sur la poitrine de Jésus au cours de la dernière cène, la tradition nous dit :"Il a bu au cœur du Christ les sources de l'évangile."

Effectivement, quand on est familier de l'évangile de Jean, quand on a l'habitude de le lire comme un livre très précieux, un livre qui nous est adressé d'une manière tellement profonde et intime, ce qui frappe, en tout cas ce qui me frappe personnellement, c'est à quel point ce que Jean écrit des paroles du Christ est comme sorti de façon immédiate de la bouche et du cœur du Christ. Jean n'a pas pu transcrire les paroles de Jésus, il n'a pas pris de notes au cours de sa vie pour rédiger plus tard son évangile. Il a écrit cet évangile d'après les souvenirs de son cœur et il est remarquable que les paroles du Christ dans le quatrième évangile ont le style même que Jean adopte quand il expose un récit ou quand il écrit ses propres lettres aux Églises. C'est donc bien avec son style à lui que Jean a retranscrit les paroles du Christ. Pourtant ces paroles du Christ nous atteignent avec une vérité, avec une intensité, avec ce frémissement de vie qui fait que nous sentons bien qu'elles viennent d'être prononcées, qu'elles sont là encore toutes vivantes du cœur du Christ qui vient de dire ces paroles et que ces paroles s'adressent à nous de façon personnelle, immédiate. Comment est-il possible que Jean écrivant à sa manière puisse écrire les paroles du Christ avec cette vérité, avec cette authenticité, avec cette immédiateté, si ce n'est qu'il s'est tellement identifié à Celui qui l'aimait, il a si profondément communié, par son cœur au cœur du Christ son bien-aimé qu'il n'y a plus de différence entre la manière dont Jésus parle et la manière dont parle Jean, et le style même de Jean est en quelque sorte le style de Jésus. C'est pour cela que ces paroles du Christ, retranscrire tant d'années après par Jean, jaillissent directement du cœur de Jean, avec la même vérité qu'elles jaillissaient du cœur du Christ quand Il les prononçait. En vérité, c'est cette intimité de Jean avec Jésus, son ami, qui lui permet de nous rapporter la Parole de Jésus avec cette immédiateté et cette profondeur.

Mais plus encore cette amitié de Jean pour Jésus lui a permis d'aller jusqu'au cœur du mystère de Jésus, du mystère de Dieu. Car si Jean a reposé sur la poitrine de Jésus au cours de la dernière cène, s'il a reposé dans le sein de Jésus, il est également vrai, c'est le même saint Jean qui nous le dit, que "de toute éternité le Fils repose dans le sein du Père". C'est le même mot qui est employé ces deux fois, et ces deux seules fois, dans toute la Bible : le sein du Père dans lequel Jésus repose, le sein de Jésus sur lequel Jean repose.

Il y a donc une continuité vitale entre l'intimité du Père et du Fils et l'intimité de Jésus avec Jean. C'est dans cette intimité, dans cet amour, dans cette amitié partagée, que Jean a découvert le secret de la vie de Jésus qui était l'amour partagé avec le Père. Et si saint Jean a su nous révéler ce qu'aucun autre évangéliste ne nous a dit, ce qu'aucun autre homme au monde n'a jamais dit de Dieu, comme on nous le rappelait tout à l'heure, que "Dieu est amour", c'est parce qu'il a expérimenté cet amour de Dieu, cet amour de dieu fait chair, cet amour de Dieu devenu l'amour d'un cœur d'homme, devenu l'amitié de Jésus pour lui, Jean. Et c'est pourquoi il a pu découvrir, dans cette relation d'amitié avec Jésus, la relation intime d'amour qui constitue le mystère de la Trinité, par lequel le Père et le Fils dans ce regard infini et inépuisable où ils se donnent l'un à l'autre, vivent le bonheur unique de l'amour qui est le secret profond de Dieu. Et c'est pour cela aussi que Jean a pu comprendre que toute la vie chrétienne se résumait dans cet amour et que cet amour que nous devions avoir les uns pour les autres, cet amour qui doit faire de nous des amis les uns des autres, c'est la même chose que l'amour qu'il avait reçu dans l'amitié de Jésus :"Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés !" Et Jean savait de quoi il parlait.

Plus encore Jean a compris que cet amour dont Jésus l'avait aimé, était l'amour même dont le Père aimait Jésus : "Père, qu'ils soient un comme nous sommes un !" dit Jésus dans le quatrième évangile. "Toi en Moi et Moi en eux, afin qu'ils soient eux-mêmes accomplis, parfaits dans l'unité !" Cette chaîne d'amour, Jean l'a vécue directement. Il a été l'ami de Celui qui est le bien-aimé du Père et Celui qui était venu nous révéler l'amour, pour que nous soyons les uns les autres, des frères bien-aimés. C'est pourquoi, quand il s'adresse à ses disciples, quand il s'adresse aux chrétiens, saint Jean aime tellement leur parler avec cette tendresse : "Petits enfants !" ou encore "Mes bien-aimés !" Ce n'est pas sensibilité, ce n'est pas sensiblerie, n'oublions pas qu'il était le fils du tonnerre, c'était le surnom que Jésus lui avait donné, c'était quelqu'un de violent, de passionné et non pas un doux sentimental rêveur. Mais, précisément Jean avait découvert, dans cette passion avec laquelle il aimait Jésus et surtout avec laquelle il s'était connu aimé par Jésus, il avait découvert le centre de sa vie et le centre de toute chose, et la signification ultime de tout l'univers et de toute la création.

Rendons grâces à Jésus, à notre Dieu incarné, d'avoir su vivre aussi cette expérience de l'amitié intime avec Jean l'évangéliste, par laquelle s'est ouvert pour nous le trésor de son cœur et le mystère le plus profond qui ainsi a pu nous être révélé et dont nous pouvons nous nourrir à notre tour et savoir que, nous aussi nous sommes les disciples que Jésus aime, que pour nous aussi Jésus est le bien-aimé, que nous aussi nous sommes les bien aimés de Jésus, pour savoir que cette amitié que Jean a connue avec une telle profondeur, nous y sommes appelés aussi, chacun d'entre nous. Car Jésus n'est pas l'ami seulement de Jean, mais Il est l'ami de chacun, car c'est le propre du cœur de Dieu d'être capable d'aimer, comme un être unique, chacun de tous ceux qu'Il aime parce qu'Il les a créés et qu'Il a créés parce qu'Il les aime. Rendons grâces au Seigneur et soyons dans la joie.

AMEN

  Frère Jean-Philippe REVEL

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost 0