Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CINQUIEME DIMANCHE DE L'AVENT

Évangile selon saint Jean (1, 19-28)

En ce temps-là, les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites à Jean pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il dit la vérité, il ne la nia pas. Il dit la vérité : « Je ne suis point le Christ. » - « Quoi donc ! lui demandèrent-ils. Es-tu Élie ? » Il dit : « Je ne le suis point. » « Es-tu le Prophète ? » Il répondit : « Non. » Ils lui dirent alors : « Qui es-tu ?... que nous rendions réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même ? » - « Je suis, déclara-t-il, une voix qui crie dans le désert : ‘Aplanissez le chemin du Seigneur’, comme l’a dit le prophète Isaïe. » Les envoyés étaient des pharisiens. Ils l’interrogèrent en ces termes : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Pour moi, je baptise dans l’eau ; mais au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas. C’est celui qui, venant après moi, est passé devant moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa chaussure. » Cela se passa à Béthanie au delà du Jourdain, où Jean baptisait.

« Préparez le chemin du Seigneur. » Frères, même si vous vous êtes beaucoup avancés sur ce chemin, il vous reste toujours à le préparer, afin que, du point où vous êtes parvenus, vous alliez toujours de l'avant, toujours tendus vers ce qui est au-delà. Ainsi, à chaque pas que vous faites, la voie étant préparée pour son avènement, le Seigneur viendra au-devant de vous, toujours nouveau, toujours plus grand. C'est donc avec raison que le juste prie ainsi : « Enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours. » (Ps 118,33) Et on appelle cette voie « chemin d'éternité » (Ps 138,24)...parce que la bonté de celui vers qui nous nous avançons n'a pas de limite.

C'est pourquoi le voyageur sage et décidé, même arrivé au terme, pensera à commencer ; « oubliant ce qui est derrière lui » (Ph 3,13) il se dira chaque jour : « Maintenant, je commence » (Ps 76,11 Vlg)... Nous qui parlons d'avancer sur ce chemin, plût au ciel que nous nous soyons au moins mis en route ! A mon sens, quiconque s'est mis en route est déjà sur la bonne voie. Il faut toutefois vraiment commencer, trouver « le chemin de la Ville habitée » (Ps 106,4). Car « ils sont peu nombreux ceux qui le trouvent », dit la Vérité (Mt 7,14) ; ils sont nombreux « ceux qui errent dans les solitudes » (Ps 106,4)...

Et toi, Seigneur, tu nous as préparé un chemin, si seulement nous consentons à nous y engager... Par ta Loi, tu nous as enseigné le chemin de tes volontés en disant : « Voici le chemin, suivez-le sans vous égarer à droite ou à gauche » (Is 30,21). C'est le chemin que le prophète avait promis : « Il y aura une route droite et les insensés ne s'y égareront pas » (Is 35,8)... Je n'ai jamais vu un insensé s'égarer en suivant ton chemin, Seigneur... ; mais malheur à vous qui êtes sages à vos propres yeux (Is 5,21), votre sagesse vous a éloignés du chemin du salut et ne vous a pas permis de suivre la folie du Sauveur... Folie désirable, qui sera appelée sagesse au jugement de Dieu, et qui ne nous laisse pas nous égarer hors de son chemin.

Bienheureux Guerric d'Igny

 

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost 0