Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vingt  et unième dimanche après la Pentecôte

Évangile selon saint Matthieu (18, 23-35)

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : « Le royaume des cieux peut se comparer à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. Le règlement commencé, on lui en présenta un qui lui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi s’acquitter, le maître ordonna de le vendre ainsi que sa femme, ses enfants et tout ce qu’il possédait, en remboursement de sa dette. Le serviteur tomba à ses pieds et se prosterna devant lui, en disant : ‘Sois patient avec moi, et je te rendrai tout.’ Pris de pitié, le maître de ce serviteur le laissa aller et lui remit sa créance. En sortant, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. L’ayant saisi, il le serrait à la gorge, en disant : ‘Rembourse ce que tu dois.’ Son compagnon, tombant à ses pieds, le suppliait : ‘Sois patient avec moi, et je te rembourserai.’ Mais celui-ci refusa et s’en alla le faire mettre en prison, jusqu’à ce qu’il eût remboursé ce qu’il devait. Voyant ce qui se passait, ses compagnons furent profondément affligés et vinrent informer leur maître de tout ce qui était arrivé. Alors le maître le fit appeler et lui dit : ‘Méchant serviteur, je t’avais remis toute ta dette, parce que tu m’en avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?’ Et, dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que vous traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne à son frère du fond du cœur. »

« Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ? »

En quoi consiste la miséricorde humaine ? Surtout à prêter attention aux misères des pauvres. Et en quoi consiste la miséricorde divine ? Sans aucun doute à accorder le pardon des péchés.

C’est Dieu qui en ce monde souffre du froid et de la faim en tous les pauvres, comme il le dit lui-même (Mt 25,40). Quelle sorte de gens sommes-nous donc, nous qui voulons recevoir lorsque Dieu donne, et lorsqu’il demande, nous ne voulons pas donner ? Quand le pauvre a faim, c’est le Christ qui est dans le besoin, comme il le dit lui-même : « J’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger » (v. 42). Ne méprise donc pas la misère des pauvres, si tu veux espérer avec confiance le pardon de tes péchés. Ce qu’il reçoit sur la terre, il le rend dans le ciel.

Je vous le demande, mes frères, que voulez-vous, que cherchez-vous quand vous venez à l’église ? Quoi donc, sinon la miséricorde ? Donnez celle de la terre, et vous recevrez celle du ciel. Le pauvre te demande, et tu demandes à Dieu : il demande une bouchée de pain, et toi, la vie éternelle. C’est pourquoi, lorsque vous venez à l’église, faites l’aumône aux pauvres, selon vos ressources.

Saint Césaire d’Arles (Sermon 25)

Tout homme est débiteur de Dieu et tout homme a son frère pour débiteur. En effet, qui n’aurait pas de dette envers Dieu sinon celui en qui il ne se trouve pas de péché ? Et qui n’aurait pas son frère pour débiteur sinon celui que personne n’a jamais offensé ? Tout homme est donc à la foi débiteur et créancier... Un mendiant te demande l’aumône et toi tu es le mendiant de Dieu, car nous sommes tous, quand nous le prions, les mendiants de Dieu. Nous nous tenons ou plutôt nous nous prosternons devant la porte de notre Père de famille (cf Lc 11,5s) ; nous le supplions en nous lamentant, désireux de recevoir de lui une grâce, et cette grâce, c’est Dieu lui-même. Que te demande le mendiant ? Du pain. Et toi, que demandes-tu à Dieu si ce n’est le Christ, qui a dit : « Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel » (Jn 6,51). Vous voulez être pardonnés ? Pardonnez. « Remettez, et il vous sera remis ». Vous voulez recevoir ? « Donnez, et l’on vous donnera » (Lc 6,37)...

Nous devons donc être prêts à pardonner toutes les fautes que l’on commet contre nous si nous voulons que Dieu nous pardonne. Oui vraiment, si nous considérons nos péchés et passons en revue les fautes que nous avons commises, je ne sais pas si nous pourrions nous endormir sans sentir peser tout le poids de notre dette. Voilà pourquoi chaque jour nous présentons à Dieu nos demandes, chaque jour nos prières frappent à ses oreilles, chaque jour nous nous prosternons en disant : « Remets-nous nos dettes comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient ». Quelles dettes veux-tu te faire remettre ? Toutes, ou une partie ? Tu vas répondre : Toutes. Fais donc de même pour ton débiteur.

Saint Augustin (Sermon 83)

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost 0