Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dix-huitième dimanche après la Pentecôte

Évangile selon saint Matthieu (9, 1-8)

En ce temps-là, montant en barque, Jésus refit la traversée et vint dans sa ville. Et voici qu’on lui présenta un paralytique étendu sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : « Courage, mon fils ! tes péchés te sont remis. » Quelques scribes alors se dirent en eux-mêmes : « Cet homme blasphème ! » Mais Jésus, qui connaissait leurs pensées, leur dit : « Pourquoi ces pensées méchantes en vos cœurs ? Quel est le plus facile, de dire : ‘Tes péchés te sont remis’, ou de dire : ‘Lève-toi et marche ?’ Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir sur terre de remettre les péchés... je te l’ordonne, dit-il alors au paralytique, lève-toi, prends ton lit et va chez toi. » Et, se levant, il s’en alla chez lui. À cette vue, les foules furent saisies de crainte, et elles glorifièrent Dieu, qui avait donné aux hommes un tel pouvoir.

« Et voilà qu’on lui apportait un paralysé. » Saint Matthieu dit simplement que ce paralytique a été apporté à Jésus. D’autres évangélistes racontent qu’il a été descendu par une ouverture dans le toit, et présenté au Sauveur sans formuler aucune demande, le laissant juger lui-même de la guérison...

L’Évangile dit « voyant la foi de ceux qui portaient le paralytique », c’est-à-dire de ceux qui l’avaient amené à Jésus. Considérez comment parfois le Christ ne fait aucun cas de la foi du malade : peut-être qu’il n’en est pas capable, étant inconscient ou possédé par un esprit mauvais. Ici cependant ce paralytique avait une grande confiance en Jésus ; autrement est-ce qu’il aurait permis qu’on le descende devant lui ? Le Christ répond à cette confiance par un prodige extraordinaire. Avec le pouvoir de Dieu lui-même, il pardonne les péchés de cet homme. Il montre ainsi qu’il est l’égal du Père, vérité qu’il avait déjà montré quand il a dit au lépreux : « Je le veux, sois guéri » (Mt 8,3)...et quand, par un seul mot, il avait calmé la mer déchaînée (Mt 8,26), ou quand, en tant que Dieu, il avait chassé les démons, qui reconnaissent en lui leur souverain et leur juge (Mt 8,32). Or ici, il montre à ses adversaires, à leur grand étonnement, qu’il est l’égal du Père.

Et le Sauveur montre ici, encore une fois, combien il repousse tout ce qui est spectaculaire ou source de vaine gloire. La foule le presse de tous côtés, mais il ne s’empresse pas d’opérer un miracle visible en guérissant la paralysie extérieure de cet homme... Il commence par un miracle invisible, guérissant l’âme de cet homme. Cette guérison-là est infiniment plus avantageuse pour lui –- et, en apparence, moins glorieuse pour le Christ.

S. Jean Chrysostome (Homélies sur l’évangile de Matthieu, n° 29, 1)

A la faveur de la foi d’autrui, l’âme du paralytique allait être guérie avant son corps. « Voyant la foi de ces gens », dit l’Évangile. Remarquez ici, frères, que Dieu ne se soucie pas de ce que veulent les hommes déraisonnables, qu’il ne s’attend pas à trouver de la foi chez les ignorants, chez les mal portants. Par contre, il ne refuse pas de venir au secours de la foi d’autrui. Cette foi est un cadeau de la grâce et elle s’accorde avec la volonté de Dieu. Dans sa divine bonté, ce médecin qu’est le Christ essaie d’attirer au salut malgré eux ceux qu’atteignent les maladies de l’âme, ceux que le poids de leurs péchés et de leurs fautes accable jusqu’au délire. Mais eux ne veulent pas se laisser faire.

Ô mes frères, si nous voulions, si nous voulions tous voir jusqu’en son fond la paralysie de notre âme ! Nous remarquerions que, privée de ses forces, elle gît sur un lit de péchés. L’action du Christ en nous serait source de lumière. Nous comprendrions qu’il regarde chaque jour notre manque de foi si nuisible, qu’il nous entraîne vers les remèdes salutaires et presse vivement nos volontés rebelles. « Mon enfant, dit-il, tes péchés te sont remis. »

S. Pierre Chrysologue (Sermon 50)

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost 0