Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Synthèse de la doctrine ascétique du monachisme oriental.


En résumé, la doctrine ascétique du monachisme oriental peut être réduite à trois points fondamentaux : le combat spirituel, les armes pour le même et le résultat de la victoire.
I-le combat spirituel.- Le trait qui caractérise le mieux la spiritualité des moines orientaux est sa conception de la vie chrétienne à base d'un combat spirituel. On dirait qu'ils avaient médité profondément, compris et aimé les mots avec qui saint Paul a exhorté les fidèles d'Ephèse : revêtír l'armure de Dieu pour que vous puissiez résister aux pièges du diable... Prenez l'armure de Dieu, revêtir la justice, prenez le bouclier de la foi, le casque du salut l'épée de L'Esprit (EF 6, 11-17), Ou aussi l'ordre qu'il donnait à son disciple Timothée : combat les bons combats de la foi (1 TIM 6, 12), Et qui avait été la règle de sa propre vie : J'ai combattu le bon combat, j'ai fini ma carrière, j'ai gardé la foi (2 TIM 4, 7).
Cet Esprit de combat spirituel et de surveillance, essentiel au christianisme, avait été maintenu constamment dans l'église. Toutefois, il a été dit avec une force particulière dans la vie et la doctrine des premiers moines, qui sont comme votre incarnation vivante. Les ennemis contre lesquels il faut combattre étaient les vices et les démons.
A) l
es vices-

D'ordinaire ils parlaient de huit vices comme source et la synthèse de tous les maux. Étaient visés par l'ordre qu'il faut suivre pour triompher d'eux plus sûrement. Trois se réfèrent au corps ou à des biens extérieurs : la gourmandise (ou plutôt la gloutonnerie, excès dans le manger ou boire), La luxure et l'avarice. Trois autres résident dans l'âme sensible : la colère, la tristesse et la paresse (ou le dégoût de la vie spirituelle, appelée aussi acédie). Les deux dernières et plus difficiles à déraciner sont la vaine gloire ou vantardise et l'orgueil, qui est double : L'orgueil de la viande, propre aux débutants ou charnels, qui mène à la désobéissance, à l'envie à la critique, et la fierté De L'Esprit, qui s'attaque aux moines plus avancés pour les empêcher de venir à la perfection amenant à se vanter de ses forces et à mépriser la grâce. Ce fut le péché des pélagiens.
B) le dé
mon-

les moines attribuent fréquemment au démon presque toutes ses difficultés spirituelles, et, sans doute, il y a dans cela un peu d'exagération. Mais on ne peut nier que le démon intervient souvent contre eux, déjà avec de simples tentations (action sur les sens internes), Déjà avec obsessions (action sur les sens externes), Déjà avec des illusions (représentations subtiles du mal sous l'apparence de bien). Les moines expérimentés connaissent très bien les coutumes du démon et enseignent aux jeunes la manière de prévenir ses attaques, de les reconnaître (par le trouble et l'inquiétude de l'âme) et de les retenir.

traduction de l'espagnol...

Tag(s) : #orthodoxie

Partager cet article

Repost 0