Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Solennité de Saint Joseph

Évangile selon saint Luc (3, 21-23)

En ce temps-là, quand tout le peuple eut été baptisé, et au moment où Jésus, baptisé lui ainsi, se trouvait en prière, le ciel s’ouvrit, et l’Esprit-Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, tel une colombe. Et du ciel vint une voix : « Tu es mon Fils bien-aimé ; tu as tout mon amour. » Jésus, lors de ses débuts, avait environ trente ans, et il était, croyait-on, fils de Joseph.

Il est évident que cette phrase : « Il était considéré comme le fils de Joseph » est dite à cause de ceux qui le croyaient né de Joseph de la manière dont naissent les autres hommes. Matthieu, énumère des ancêtres différents, en descendant de David jusqu’à Joseph, tandis que Luc remonte de Joseph jusqu’à David. Quant à ceux qui sont désorientés, il leur est facile de remarquer que Joseph a pu avoir deux pères : l’un qui l’aurait engendré et l’autre qui l’aurait adopté. L’adoption, en effet, était une coutume ancienne, même chez le peuple de Dieu, et par elle, on prenait pour fils ceux que l’on n’avait pas engendrés. On peut donc comprendre que Luc dans son Evangile retient comme père de Joseph non celui qui l’engendra, mais celui qui l’adopta, et que ce sont les parents de ce dernier qu’il mentionne, en remontant jusqu’à David.

En effet, à cause de la véracité des deux évangélistes, Matthieu et Luc, il faut admettre que l’un dresse la généalogie de celui qui avait engendré Joseph et l’autre, celle de celui qui l’avait adopté. Lequel des deux, selon toute probabilité, a retracé la généalogie du père adoptif ? N’est-ce pas celui qui a volontairement évité de dire Joseph « engendré » par celui dont il le présente comme le fils ? Matthieu, au contraire, lorsqu’il dit : « Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob… » et qu’il continue à employer toujours ce même verbe « engendra » jusqu’à ce qu’enfin, il dise : « Jacob engendra Joseph », prouve assez par là qu’il a suivi la lignée des ancêtres de Joseph jusqu’à ce père qui l’avait non adopté, mais engendré.

Et si même Luc avait dit que Joseph avait été engendré par Héli, cette expression ne devrait pas nous troubler et nous détourner de croire que l’un des deux évangélistes mentionne le père qui engendre et l’autre le père qui adopte.

On peut dire, en effet, sans absurdité, que celui qui adopte un fils l’engendre non selon la chair, mais selon la charité. Et nous-mêmes d’ailleurs, à qui Dieu a donné pouvoir de devenir ses enfants, ce n’est pas de sa nature, ni de sa substance qu’il nous a engendrés, comme son Fils unique, mais il nous a réellement adoptés par son amour.

S. Augustin (De c., 2,1 et 3)

Tag(s) : #Commentaire

Partager cet article

Repost 0